Aujourd’hui je vous propose une plongée au coeur des très nombreuses applications du Yoga !

En effet, comme vous le savez sans doute, le Yoga ne se pratique pas seulement en studio, en cours collectifs ou en cours particuliers ou pratique perso chez vous.

Le Yoga se diffuse et trouve sa place dans des environnements de plus en plus nombreux.

Par exemple à l’école, pour les enfants, mais aussi dans les prisons.

Depuis quelques années, des cours de Yoga sont également proposés dans des hôpitaux du monde entier. Zoom dans l’univers du Yoga à l’hôpital !

Comment le Yoga est-il arrivé au coeur des hôpitaux ?

hôpital-yoga

Dans plusieurs hôpitaux de France, le Yoga est devenu une discipline à part entière, complémentaire à la médecine traditionnelle. Cette pratique millénaire née en Inde ne remplace ni les techniques de pointe, ni les opérations lourdes, mais elle aide à soulager la douleur.

Le Yoga est arrivé dans les hôpitaux dans le cadre d’une mouvance forte autour des médecines douces et naturelles. En effet, l’hôpital s’est récemment ouvert à des pratiques comme l’acupuncture, l’hypnose, la méditation, ou encore l’ostéopathie.

Quelle est la place du Yoga à l’hôpital ?

Bien entendu, le Yoga ne remplace pas la médecine occidentale conventionnelle, allopathique.

Le Yoga se présente simplement comme un complément permettant aux patients de mieux supporter les effets secondaires de leurs traitements et de faire face plus sereinement à leur maladie. Le Yoga constitue une approche non médicamenteuse qui intervient en synergie et non en remplacement des autres traitement allopathiques que reçoit le patient.

Ici il est important, selon moi, de bien prendre conscience que le Yoga n’est pas une baguette magique et qu’il ne guérit pas tout ! Il est surtout efficace en prévention, pour aider chaque personne a avoir une bonne hygiène de vie au quotidien.

Attention au charlatanisme qui ferait du Yoga un remède miracle !

Le Yoga vient donc bien toujours en renfort, il aide les patient(e)s à se recentrer sur leur corps, à prendre un temps pour eux, à créer une bulle de bien-être pour sortir un peu de l’ambiance très médicalisée, parfois impersonnelle de l’hôpital.

Grâce au Yoga, le patient est encouragé à devenir acteur de sa propre santé et à développer son autonomie.

Ainsi, si une personne tombe malade, elle ne se tournera plus simplement de manière désespérée vers un médecin en l’implorant : « Docteur, guérissez-moi ! » Elle essaiera plutôt de préserver son terrain  au quotidien pour éviter que les déséquilibres et les maladies puissent s’installer et elle cherchera à développer ses propres ressources et sa propre résistance et immunité !

A l’hôpital, les cours de Yoga peuvent être proposés à la fois aux malades et aux équipes soignantes. Ces dernières sont souvent soumises à énormément de pression et de stress et ont souvent des horaires de travail très étendus, parfois en décalé, et des conditions de travail très rudes. Le Yoga est donc très bénéfique pour les professions médicales et para-médicales !

Quelques expérience de cours de Yoga à l’hôpital en France et leurs résultats

Yoga pour les femmes atteintes d’un cancer à l’hôpital Saint-Louis (Paris)

Depuis 5 ans, à l’hôpital Saint Louis à Paris, les patientes atteintes d’un cancer peuvent bénéficier de séances de Yoga gratuites.

« L’activité physique diminue les récidives de cancer du sein», explique le docteur Caroline Cuvier, oncologue, qui a pris l’initiative de faire entrer le yoga dans l’hôpital. Elle précise : « Le yoga plus spécifiquement a le mérite de s’adapter à la personne malade, de travailler sur la concentration, pour mieux sentir son corps et même le reconquérir. Pour des femmes qui perdent leurs cheveux ou ont parfois un sein en moins, ce n’est pas rien ! ».

Le Dr Cuvier poursuit : « Des études américaines montrent que la pratique régulière du yoga réduit les douleurs articulaires liées au traitement par hormonothérapie. Des douleurs telles que certaines patientes en viennent à arrêter leur traitement. » Rahma, 46 ans, qui vient de suivre son premier cours à l’hôpital, confirme : « J’avais tellement mal que je ne pouvais plus marcher ni porter des objets. Ce moment m’a fait du bien, même si je débute. » Mélina, 37 ans, sort de six mois de chimiothérapie et a subi une intervention chirurgicale. Elle n’a pas raté une seule séance depuis novembre 2015. « Les nausées, la fatigue et l’anxiété m’empêchaient de respirer, j’avais un nœud à l’estomac en permanence. Les grandes respirations me libèrent, ça me donne de la force et de la confiance en moi. »

Sources :

 

Sophia, 37 ans, sort de 6 mois de chimiothérapie et elle a subi une intervention chirurgicale. Elle pratique le Yoga à l’hôpital depuis plusieurs mois et partage son ressenti : « Les nausées, la fatigue et l’anxiété m’empêchaient de respirer. J’avais un nœud à l’estomac en permanence. Les grandes respirations me libèrent, cela me donne de la force et de la confiance en moi… »

Source : ibid

Yoga pour les patients du service de rhumatologie à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière (Paris)

Le docteur Bruno Fautrel a, lui aussi, introduit le yoga dans un programme plus vaste. Objectif : redonner aux patients une mobilité presque normale et leur apprendre à gérer la douleur

Yoga pour les patients hypertendus, cardiaques, présentant une arythmie ou des crises d’angine de poitrine à l’hôpital Tenon (Paris) depuis 1979

Au sein de son service de cardiologie, le professeur C. Cloarec a créé des cours de Yoga pour ses patients.

1ère consultation de Yogathérapie ouverte en 2012 à l’hôpital d’Eaubonne (95)

C’est une première en France ! Certains patients, en souffrance depuis parfois 10 ans, ont vu leurs douleurs s’atténuer.

« Le Yoga a des effets mécaniques, avec les étirements ou les assouplissements des muscles, mais aussi sur le système nerveux. Une pratique régulière permet la sécrétion d’endorphines qui calment la souffrance et diminue la production de substances inflammatoires. Elle agit à la fois sur la transmission et la perception de la douleur… », explique le docteur Jocelyne Borel-Kuhner qui a ouvert la consultation de yogathérapie à l’hôpital d’Eaubonne. Elle souhaite convaincre ses collègues et généraliser la pratique du yoga dans les hôpitaux, d’abord pour le bien-être de ses patients.

Source : ibid

Yoga contre l’hypertension artérielle à l’hôpital Lariboisière (Paris)

Dans cet hôpital, lorsque l’on traite une hypertension artérielle essentielle on a le choix entre un traitement médical à vie ou la pratique hebdomadaire du Yoga.

Les pratiques comme le yoga rendent les malades chroniques plus autonomes, ce qui est une bonne chose. Il est important que chacun devienne acteur de sa santé, et cesse de penser que le médecin peut tout résoudre. »

Quelques expériences de cours de Yoga à l’hôpital ailleurs dans le monde

  • Dans les pays anglo-saxons, le Yoga a fait son entrée depuis quelques années dans les hôpitaux, les cliniques et les centres de soins.
  • En Inde, près de Mumbai, le Kaivalyadhama Yoga Institute se consacre exclusivement à la recherche et au traitement par le yoga. Fondé en 1924, c’est l’un des plus anciens centres de yoga au monde. L’hôpital accueil des patients pour des programmes de sept jours au minimum et les soigne par le yoga, l’ayurveda et la naturopathie. Les dossiers enregistrés depuis plus de 50 ans sont convaincants. L’institut publie régulièrement les résultats de ses études (plus de 1000 articles publiés internationalement sur les bienfaits du yoga) tout en rapprochant toujours le yoga traditionnel et la science moderne.
  • En Suisse, en Allemagne et au Royaume-Uni les séances de Yoga prescrites par le médecin sont remboursées par l’assurance maladie.
yoga-hopital-inde

Yoga à l’hôpital en Inde

Quels sont les bienfaits du Yoga à l’hôpital ?

Certains patients, en souffrance depuis dix ans, ont vu leurs douleurs s’atténuer après quatre ou cinq séances seulement. D’autres ont retrouvé le sommeil.

Le yoga a des effets mécaniques – les étirements assouplissent les muscles –, mais aussi des effets sur le système nerveux. Une pratique régulière favorise la sécrétion d’endorphines qui calment la souffrance et diminue la production des substances inflammatoires. Elle agit à la fois sur la transmission et la perception de la douleur.

Sabah, 41 ans, approuve. Soignée par le Dr Borel-Kuhner pour une lombalgie chronique, elle n’a certes pas vu ses douleurs disparaître, mais elle peut de nouveau faire ses courses, ou promener ses enfants. « Vivre, tout simplement ! » s’exclame-t-elle avec un grand sourire

Et la méditation alors ?

Le Yoga est une méditation en mouvement et la méditation fait partie intégrante du Yoga.

Mais concernant la méditation comme on l’entend le plus souvent : la méditation assise, voici quelques repères.

La méditation n’est plus un tabou dans le corps médical. Elle est proposée aux patients à l’hôpital Sainte-Anne (Paris) depuis presque dix ans. Elle est aussi enseignée dans le cadre d’un diplôme universitaire, « Médecine, méditation et neuroscience », à Strasbourg depuis trois ans

Quand Yoga & méditation calment aussi les dépenses de santé

Voici un article sur la réduction des dépenses de santé grâce au Yoga 

Prenez vous-aussi grand soin de vous et de votre santé en pratiquant le Yoga !

Réservez Votre Cours de Yoga avec Moi !

Voilà, mon article prend fin ici, j’espère qu’il vous a inspirée !

Si vous vous intéressez à l santé naturelle, alors vous aimerez sans doute aussi ces 2 autres articles

  1. Yogathérapie
  2. Médecine ayurvédique

A vous de jouer maintenant !

Dites-nous tout dans les commentaires :

  • Saviez-vous que le Yoga avait trouvé une place de choix à l’hôpital ? 
  • Avez-vous déjà pratiqué le Yoga en complément d’un traitement allopathique ?

A très vite pour de nouvelles aventures !

Comments

comments