Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous présenter Yael Bloch, enseignante de Yoga et auteure du livre Ashrams, voyage aux sources du Yoga.

J’ai lu ce livre récemment et il m’a beaucoup inspirée. Un vrai voyage immobile, depuis mon fauteuil à bascule, le parc ou mon bain, à la découverte de ces lieux magiques et baignés de spiritualité et de partages. Le livre m’a tellement enthousiasmée que j’ai contacté Yael pour lui proposer une interview pour mon blog. Yael a accepté et c’est une excellente nouvelle, pour nous, car nous allons nous régaler en la lisant 🙂 Bonne découverte !

Claudia de YogaPassion : Bonjour Yael, peux-tu s’il te plaît te présenter aux lectrices de YogaPassion qui ne te connaissent pas encore ?

yael-bloch-posture-angle-lateral-ashrams-yoga

Yaël en posture de l’angle latéral Utthita Parshvakonasana

Yael Bloch : Bonjour Claudia et bonjour aux lectrices de YogaPassion !

Je suis une ex-ingénieure reconvertie au Yoga à l’occasion d’un problème de dos lors d’une expatriation où je ne pouvais pas exercer mon métier. Le Yoga accompagnait déjà ma vie par périodes depuis l’âge de 6 ans, car mes parents le pratiquaient, mais je n’aurais jamais pensé en faire un jour mon métier.

Je me suis formée dans plusieurs écoles (dans la lignée d’Iyengar et dans la lignée du yoga de l’Énergie, à l’EFY et à l’Académie du Yoga de l’Énergie). J’enseigne avec passion depuis l’an 2000, à des publics très divers. Et je fais partie au sein de l’EFY du groupe de recherche sur le Yoga et les Enfants.

Ayant vécu de nombreuses années à l’étranger, j’ai pu découvrir avec fascination comment le Yoga, là où il se diffuse, se colore de l’ambiance et de la culture locales.

Mes autres activités-passions : l’enseignement des Mathématiques (collège-lycée), la traduction et l’écriture.

Claudia YP : Peux-tu nous raconter ton tout premier séjour dans un Ashram ? Qu’est-ce qui t’a le plus marquée ? 

temple-ramana-ashrams-yael-bloch

Cérémonie au temple de l’ashram de Ramana Maharshi (2017)

Yael B. : Le premier ashram où j’ai séjourné était aux États-Unis, où je vivais à l’époque, dans les années 2000. Je me formais au Yoga et, dans notre groupe, une femme vivait à l’ashram de Monroe, à une centaine de kilomètres au nord de la ville de New York. Ce que dégageait cette femme et l’enthousiasme avec lequel elle décrivait l’ashram, avaient attisé ma curiosité.

J’ai fait un premier séjour d’une semaine. Un autre monde. Soudain la paix, partout. Les biches que l’on croisait dans le parc, le lac, la nature environnante. C’est ce qui m’a le plus marquée : de retrouver, partout et à chaque instant, cette ambiance particulière aux cours de Yoga, mélange de concentration, d’effort dosé qui recherche la justesse, d’engagement persévérant, dans une ambiance feutrée et bienveillante. Comme une suspension du temps. On sentait la présence du travail, mais sans stress. On sentait la présence du maître indien, honoré par de grandes photographies ornées de guirlandes de fleurs, comme c’est la coutume en Inde lorsque le maître a quitté son corps.

prasad-offrance-sivananda-ashram-yael-bloch

Le Prasad (offrande) à l’Ashram de Sivananda

Chaque activité, chaque moment de la journée, venait me nourrir sur tous les plans de manière complémentaire et synergique. Le matin, un grand tableau indiquait les activités de la journée, où l’on pouvait librement se rendre ou non : les deux moments clé de la journée, les cérémonies avec mantras, débutaient et clôturaient chaque journée, plusieurs cours de Yoga de différents types étaient toujours proposés, il y avait des cours à thèmes, des stages, de sanskrit ou de danse indienne, par exemple, des temps de méditation parfois guidés, les repas végétariens délicieux, et le bénévolat – temps donné à la communauté.

Claudia YP : Comment t’est venue l’idée du livre ? As-tu contacté un éditeur pour lui proposer ton manuscrit ou as-tu été contactée directement ?

posture-guerrier-2-yael-bloch

Yaël en posture du guerrier 2, Virabhadrasana B

Yael B. : C’est l’éditrice des éditions La Plage, pour qui je faisais depuis quelques années des traductions, qui m’a proposé un jour d’écrire Ashrams, voyage aux sources du yoga. Nous nous connaissions un peu, elle savait que j’avais séjourné dans des ashrams et que ces lieux exerçaient sur moi une sorte de fascination. Après avoir vérifié qu’elle n’attendait pas de moi que je parte en Inde, j’ai accepté.

Claudia YP : Combien de temps as-tu travaillé sur le livre ? Comment as-tu géré l’écriture puis les relectures avec tous tes autres projets professionnels et ta vie personnelle en parallèle ?

Yael B. : J’ai travaillé deux ans sur ce livre. Les six premiers mois, j’enseignais les Mathématiques en collège-lycée, et le Yoga, bien sûr. Assez vite, il m’a paru évident que je ne pourrais rien faire de sérieux sans retourner en Inde et sans me consacrer entièrement à ce projet, ce que j’ai fait l’année et demie suivante – à l’exception de mes cours de Yoga.

yael-bloch-ashrams

Yael pendant un Cours de Yoga pour enfants clôturant une « Nuit de la lecture » à la librairie française de Bucarest (2018)

J’ai effectué deux voyages en Inde en 2017, où j’ai pris le parti de visiter beaucoup d’ashrams, une cinquantaine en tout, quitte à ne pas rester très longtemps dans chacun d’entre eux. Je suivais l’emploi du temps et les activités proposées pour m’imprégner des lieux. Dans le même temps, l’idée était de collecter sur place le plus d’informations possibles, de prendre des photos, des contacts, d’interviewer des swamis (enseignants) et dirigeants, des visiteurs ainsi que des disciples, dont certains sont devenus des personnes ressources. Leurs témoignages sont précieux : si je donne pour douze ashrams mes impressions, comme une sorte de photographie instantanée assortie de détails pratiques, les témoignages de ces personnes apportent une dimension plus profonde puisqu’elles connaissent l’ashram depuis de nombreuses années et suivent l’enseignement du maître.

Le reste de la recherche, la structuration du livre et la rédaction se sont ensuite faits depuis chez moi, en restant en contact avec les ashrams et les personnes rencontrées.

J’ai pris un plaisir immense à ce travail, et j’ai à nouveau pu vérifier à quel point le fait d’écrire me permettait de clarifier ma pensée et d’avancer. 

Claudia YP : Quel est ton ashram préféré, en France, si tu devais n’en choisir qu’un seul ? Et en Inde ?

Yael B. : Le livre ne traite que des ashrams de l’Inde, même si j’évoque de temps en temps l’ashram de Monroe et que je donne des adresses d’ashrams en France. J’ai été très touchée par l’ambiance du Centre Védantique Ramakrishna de Gretz, près de Paris, où le maître indien parle français. Malgré la voie stricte qu’il prône, c’est un endroit imprégné d’une grande douceur.

En Inde, je me suis sentie « chez moi » dans de nombreux ashrams, mais c’est au Dayananda Ashram de Rishikesh où je retournerais sans hésiter si j’avais trois ans et demi devant moi, pour apprendre le sanskrit et étudier dans le texte ces merveilleux livres qui fondent le Yoga, que sont la Bhagavad Gītā et les Upanishads.

rishikesh-ashrams-yael-bloch

Le pont suspendu de Laxman Jhula à Rishikesh

Claudia YP : Si tu devais associer 5 mots clefs au Yoga, par rapport à ta pratique et à ton enseignement, lesquels choisirais-tu ?

Yael B. : Je choisirais : pratique régulière, recherche, conscience, détachement, bienveillance.

Claudia YP : Comment perçois-tu le développement actuel du Yoga en France ? Penses-tu qu’il va continuer à se diffuser encore davantage ?

posture-tete-de-vache-yoga-yael-bloch

Yael en posture de la tête de vache (Gomukhasana)

Yael B. : Le Yoga est immensément vaste. On peut relier son succès des dernières années au fait qu’il a répondu au besoin d’un travail physique extrêmement complet, dans l’écoute et le respect du corps, tout en allant au-delà vers un lâcher-prise, grâce à la synchronisation des mouvements et du souffle.

On sait aujourd’hui que le Yoga est une réponse royale contre le stress, l’un des plus grands maux de notre société. Mais il a bien plus à offrir et le public est prêt pour ça : relier la pratique à la philosophie, apporter une vision du monde à la fois belle, cohérente et apaisante, et aller plus en profondeur pour pacifier le mental grâce à des exercices respiratoires (prānāyāma) et la concentration/méditation (dhāranā/dhyāna). À mon sens, certains cours de Yoga pourraient intégrer ces aspects. J’ai modifié les miens dans ce sens et il me semble que cela fait écho chez les élèves. 

Le Yoga intègre tous les plans de l’être, physique, énergétique, mental, émotionnel et spirituel. C’est une richesse énorme. Je crois qu’il continuera à se diffuser si cette richesse se met à la disposition du public au moment où ce dernier est prêt à la recevoir, ou encore, au moment où le public sent que cette richesse peut répondre efficacement à ses besoins tout en l’amenant vers de plus en plus d’autonomie.

Claudia YP : Quels sont tes projets, en cours et à venir ? 

Yael B. : Avec Ananda Ceballos, collègue et amie, et spécialiste en Mindful Eating, nous venons de rendre le manuscrit d’un petit livre sur le thème de « manger en conscience », justement, aux éditions La Plage. Il devrait paraître au printemps. C’est le deuxième d’une collection qui a débuté avec un livre que j’ai écrit sur la respiration : Respire. Ce livre me sert maintenant de base pour proposer des séries de séances sur ce thème, ouverts à tous même sans pratique de yoga, en dehors des cours hebdomadaires.

respire-yael-bloch-yoga

J’ai aussi très envie de proposer un voyage en Inde à la découverte de quelques ashrams, pour des personnes qui préféreraient partir en groupe plutôt que seules… à suivre !

Claudia YP : Où les lectrices peuvent-elles te retrouver ? Comment peuvent-elles te contacter ?

Yael B. : Par l’intermédiaire de Facebook ou de mon site.

Un grand merci, Yael, pour cette interview 🙂

A vous de jouer maintenant

  • Et vous, avez-vous déjà séjourné dans un ashram ?
  • Comment avez-vous vécu cette expérience ? 
  • Avez-vous déjà lu un livre de Yael Bloch ?

A très bientôt pour de nouvelles aventures !

Comments

comments