Aujourd’hui, je vous présente un sujet qui me tient à coeur. J’ai nommé : « la parentalité bienveillante. » Enfin, j’essaie de nommer car j’aurais aussi pu choisir un synonyme, comme « l’éducation positive ».

Parce que je pense que ce que nous transmettons à nos enfants et le modèle d’éducation que nous choisissons de leur donner est déterminant pour les adultes qu’ils seront demain, je m’intéresse de plus en plus près à ce sujet.

Je vais vous partager les idées et les déclics que j’ai piochés dans mes différentes lectures, dans les émissions que j’ai regardées, dans les conversations que j’ai eues avec des parents…

J’espère vivement que cet article vous accompagnera dans vos relations à votre ou vos enfants, ou bien aux enfants que vous côtoyez si vous êtes tonton, tata, professionnel(le) de l’enfance et de la petite-enfance ou de l’éducation etc.

Et j’espère aussi qu’il vous inspirera si vous êtes futur parent.

parentalite-positive-yoga

Pour ma part, je n’ai pas encore d’enfants mais nous sommes 3 à la maison : mon compagnon, sa fille de 5 ans et moi !

Je n’écris donc pas ici en tant que maman, mais en tant que belle-maman. C’est un rôle différent de celui d’un papa ou d’une maman, ce n’est pas évident à chaque instant, mais c’est une très belle aventure que je suis très reconnaissante de vivre. Ca a transformé ma vie et je sens que j’apprends énormément dans cette vie commune avec un enfant !

Lorsqu’on participe à l’éducation et au développement d’un enfant, en tant que parent ou en tant que proche, on endosse une grande responsabilité.

Et souvent, elle va malheureusement de pair avec pas mal de pression, qu’elle provienne de notre entourage ou qu’on se la mette nous-même. Beaucoup de parents et de beaux-parents essaient d’être irréprochables, « parfaits » et cette quête permanente se révèle en général sans fin et angoissante.

Face aux anciennes méthodes d’éducation strictes, avec tout le cortège de punitions, parfois corporelles (on se souvient des coups de règle en fer et de la fameuse fessée !) et à l’installation fréquente d’une relation de domination parent/enfant, marquée par la crainte, de nouveaux courants de pensée émergent, en faveur d’une éducation plus humaine, bienveillante, consciente.

« Elever des enfants » prend alors tout son sens : on les emmène plus haut et on les aide à devenir de meilleures personnes et à révéler tout leur potentiel.

Devenir et être parent : un chemin semé d’embûches

etre-parent-difficultes

Etre parent ou être beau-parent, c’est revivre des parts de notre propre enfance, parfois douloureuses, à travers notre ou nos enfant(s).

  1. Des blessures anciennes peuvent se réactiver
  2. Il peut nous arriver de projeter sur l’enfant ou les enfants nos fantasmes, nos rêves
  3. Il peut être douloureux de voir un enfant recevoir ce que nous n’avons pas eu et dont nous avons manqué
  4. Il est difficile de savoir que notre ou nos enfant(s) vont souffrir, à plusieurs reprises dans leur vie, qu’ils tomberont parfois malades et qu’ils mourront un jour

De plus, devenir parent ou beau-parent nous invite aussi à revisiter la relation avec nos propres parents et beaux-parents.

Des souvenirs de notre propre enfance remontent souvent à la surface et nous avons parfois tendance à réagir de deux façons, chacune étant très tranchée :

  1. Soit nous agissons par répétition des comportements vus chez nos modèles familiaux
  2. Soit nous agissons en réaction face à ces modèles et nous faisons tout l’inverse

… Et en même temps un formidable chemin spirituel d’explorations, de découvertes et d’apprentissages

parentalite-bienveillante-chemin-spirituel

Etre parent ou beau-parent nous enseigne énormément sur nous-même : les enfants sont nos meilleurs professeurs. 

Sous plein d’aspects, ce sont nos enfants qui nous éduquent, plutôt que l’inverse ! 

En effet, ils nous ramènent toujours dans l’instant présent et ils nous permettent de mettre en pratique tous les aspects de notre personnalité sur lesquels nous « travaillons ».

Ils nous encouragent par exemple à développer patience, bienveillance, compréhension, empathie, fiabilité, et en même temps notre capacité à nous adapté, notre créativité, notre humour etc.

Plongeons maintenant dans le vif du sujet : au coeur de la notion de parentalité bienveillante.

Qu’est-ce que la parentalité bienveillante ?

« C’est un style d’éducation qui propose de chercher à mieux comprendre les enfants et tout ce qui se passe en eux, pour favoriser la communication et harmoniser les relations parent-enfant.
 La Parentalité Bienveillante et Respectueuse, c’est l’ensemble des connaissances et des compétences que les parents peuvent acquérir et appliquer pour favoriser le bon développement psychomoteur affectif et social de leurs enfants et les accompagner dans leur épanouissement. »

Pourquoi la parentalité bienveillante ?

Les parents sont tous «bienveillants»… mais ils sont aussi «bien maladroits» ! Sophie Benkemoun – lʼAtelier des parents

Lorsqu’on devient parent ou beau-parent, on se retrouve directement au coeur des choses, sans avoir suivi de formations ou obtenu de diplômes pour nous aider. Nous devons apprendre au fil de l’eau, directement en faisant. C’est parfois déroutant et la crainte de « mal faire » et de « ne pas être à la hauteur » peut facilement affleurer.

D’ailleurs, une étude IPSOS de 2011 révèle que 56% des parents d’aujourd’hui vivent la parentalité comme un rôle difficile à jouer.

Face à ces difficultés, la parentalité bienveillante propose de nombreuses pistes de réflexion et d’action.

J’ai créé ma propre liste des 10 clefs qui m’inspirent le plus dans la parentalité bienveillante et les voici !

Clef # 1) « Travaillez » sur vous

parentalite-bienveillante-introspection

Note : je n’aime pas beaucoup l’expression « travailler sur soi » mais je n’ai pas trouvé de meilleure expression pour décrire cette idée de prendre du temps pour une introspection personnelle et pour prendre soin de soi.

Voici quelques outils pour « travailler » sur vous

  • Ayez une pratique personnelle régulière et harmonieuse du Yoga et/ou de la méditation
  • Trouvez une activité que vous aimez et pratiquez la régulièrement : sport, musique etc.
  • Allez marcher régulièrement dans la nature et ressourcez-vous
  • Prenez du temps pour vous, pour vous poser les bonnes questions et identifier vos réelles priorités, en vous détachant de ce qui est superflu

Si vous avez besoin d’une aide personnalisée, consultez seule, en couple ou avec votre/vos enfant(s) des professionnels de la santé : psychologues, pédo-psychiatres, psychomotricien(ne)s…

Clef # 2) Apprenez à écouter vraiment votre enfant

parentalite-ecoute-active

  • Développez l’écoute active
  • Laissez votre enfant s’exprimer librement, sans l’interrompre
  • Laissez-le se confier et dire ce qu’il souhaite vous dire, sans l’assaillir de questions
  • Ne ramenez pas systématiquement les choses à vous
  • Acceptez ses émotions, même négatives, sans jamais les diminuer et aidez-le à mettre des mots dessus
  • Ne lui proposez pas de solutions « toutes faites » et essayez de l’encourager à trouver lui-même la ou les solution(s)

Clef # 3) N’essayez pas d’être « parfaite »

beauté-imperfection

Le stress éducationnel et la culpabilité sont fréquents chez les mamans et chez certains papas. La comparaison sociale est souvent très forte et la peur du regard et du jugement des autres peut se révéler pesante.

Et pourtant, la perfection n’est pas de ce monde ! Elle est seulement fantasmée, notamment quand nous observons les familles qui des autres nous semblent toujours si harmonieuses, si parfaites. Comme sur Instagram où tout est toujours beau, coloré, souriant, lisse.

En réalité, nous ne voyons jamais les coulisses, l’arrière-boutique d’une famille, avec ses difficultés, ses zones d’ombre, ses lignes de fuite, ses failles, ses remises en questions, ses tensions…. Il n’y a pas de famille parfaite !

La vie est d’ailleurs par nature imparfaite et être parent c’est surfer sur cette vague de l’imprévisible.

flow

Comme on dit : « Go With The Flow »

Clef # 4) Offrez-vous des moments de qualité en famille

parentalite-moments-de-quaite Dans une société où notre temps est si sollicité et si fragmenté, les moments de qualité avec notre/nos enfant(s)s et notre partenaire si nous sommes en couples, sont essentiels.

Le temps est la nouvelle richesse, la seule richesse qui ne s’achète pas, qui ne se place pas en banque et qui met tout le monde sur un pied d’égalité. En effet, tout le monde dispose de 24 heures dans une journée, pas plus, pas moins.

Je me souviens très précisément de mes ancien(ne)s collègues de bureau, dans ma vie d’avant, qui déploraient :

« Je me suis sacrifié(e) pour mon boulot, j’ai tout donné et je n’ai pas vu grandir mes enfants. Maintenant, je regrette. Et si c’était à refaire, alors je ferais les choses différemment ! »

Les entendre me dire ça m’a fait de la peine sur le coup, mais ça m’a aussi donné un déclic pour oser envisager un style de vie différent du salariat avec présence au bureau de 9h à 18h.

Ca m’a donné envie de libérer du temps pour pouvoir m’occuper de mes enfants un jour, les emmener jouer au parc, cuisiner avec eux, leur imprimer des coloriages, les emmener au cinéma, faire le marché ensemble etc. Etre là avec eux et pour eux.

Dans ma pratique et mon enseignement du Yoga et de la méditation, la notion d’impermanence revient très souvent. 

Comme l’écrivait Héraclite, « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve » et « Tout coule ».

Les moments uniques avec un enfant ne reviendront jamais : il ne fera plus jamais sa 1ère rentrée à l’école, il ne perdra plus jamais sa toute 1ère dent, un jour, il ne dira plus « mar-moi-yète » au lieu de « marionnette » ou « A-cadabra » au lieu d' »Abracadabra »… Et c’est ce passage inexorable du temps qui nous encourage à profiter de chaque instant, en conscience, et de goûter la grâce de cet instant, dans tout son caractère éphémère.

Clef # 5) Jouez avec vos enfants

parentalite-bienveillante-jouer

Même si vous avez plein de choses en tête avec des deadlines infernales à tenir, plusieurs personnelles à appeler…. Arrêtez-vous un moment et jouez avec vos enfants !

Selon André Stern :

 » Le jeu est pour l’enfant la manière la plus directe de se connecter à la vie de tous les jours, à lui-même et au monde. Le jeu libre est pour lui une nécessité, une prédisposition, un penchant, souvent un impératif. Il est un accomplissement profond »

Vos enfants vous transmettent un merveilleux cadeau : ils vous aident à retrouver votre âme d’enfant. Et avec elle, votre capacité à vous émerveiller de tout et à voir le monde avec une fraicheur et une curiosité sans cesse renouvelées.

Clef # 6 : Transmettez-leur vos valeurs…tout en les laissant voler de leurs propres ailes

parentalite-bienveillante-valeurs

Personne ne nous appartient et notre enfant n’est pas notre propriété. Il est simplement placé sous notre protection et a besoin de nos soins pour se développer et pouvoir grandir.

C’est une vraie aventure que d’assurer la sécurité et le bien-être d’un enfant, tout en le laissant se façonner sa propre personnalité avec ses goûts, ses habitudes, ses propres projets…

Nous n’en sommes pas encore là, à la maison, car la petite a seulement 5 ans, mais des fois je me demande comment ça sera d’accepter qu’elle grandisse et qu’elle soit différente de nous, et qu’un jour elle vole de ses propres ailes et quitte la maison. Ca doit être à la fois un grand changement, un peu triste, et en même temps une grande fierté.

Clef # 7 : Prenez le temps

prendre-son-temps

Comme le dit un proverbe africain que j’affectionne :

« Vous avez les montres, nous avons le temps »

En Occident, au XXI ème siècle, de plus en plus de personnes souffrent du culte de la vitesse, de l’efficacité, de la performance.

Nous avons glorifié le fait d’être overbookés, d’en faire toujours plus.

Et les enfants souffrent beaucoup de ça, eux qui sont souvent dans la contemplation, la flânerie, la lenteur.

Seriner sans cesse à un enfant : « Dépêche-toi » l’accable.

Et si vous vous inspiriez du « mouvement Slow » pour prendre parfois le temps de ralentir et de savourer ? 

Voilà, j’espère que ces quelques clefs vous inspirent dans votre propre trajectoire de parent, beau-parent ou autre rôle que vous tenez auprès d’un ou plusieurs enfant(s).

Clef # 8 : Montrez l’exemple

parentalite-donner-exemple

Les enfants apprennent énormément par imitation. En vivant avec eux, vous faites partie de leurs références, de leurs modèles.

Si vous vous comportez de façon négative, que vous râlez fréquemment, que vous haussez le ton, que vous vous disputez…vos enfants ont de grande chance de reproduire vos comportements !

Au contraire, si vous êtes une personne centrée, calme, bienveillante, alors vos enfants seront sans doute amenés à marcher sur vos traces.

Une qualité qui me semble importante à développer, en tant que parent ou beau-parent, c’est la cohérence.

Ainsi, si votre enfant parle fort et que vous réagissez en lui criant dessus : « Ne crie pas! » Il y a de fortes chances pour qu’il se sente perdu.

De même si vous le frappez en lui disant : « Je t’ai déjà dit qu’on ne tape pas les autres », comment peut-il ne pas être déboussolé ?

En tant que modèle pour votre enfant, voici 3 idées pour lui transmettre certaines valeurs et bonnes pratiques :

  1. Quand vous vous sentez épuisée, peu disponible, que vous avez besoin une pause, dites-le clairement à votre enfant et prenez 5 minutes pour vous. Vous pouvez vous préparer une tasse de thé ou même aller vous calmer 5 minutes dans une autre pièce
  2. Assumez toujours les conséquences de vos actes et encouragez votre enfant à faire pareil
  3. Quand vous avez fait de la peine à quelqu’un, présentez vos excuses et encouragez votre enfant à faire de même

Et quand rien ne va plus, emmenez votre enfant et aérez-vous ensemble. Ce sera aussi l’occasion de parler à d’autres adultes et de faire redescendre les tensions.

Il sera aussi bénéfique d’être bien entourée et de faire partie d’un cercle de mamans, avec lesquelles vous pourrez échanger, discuter…

Quelques ressource que je vous conseille, en +, pour une vie de famille harmonieuse

1) Le Yoga en famille

Je vous invite à découvrir mon 1er livre papier, publié chez Hachette, qui vous présente 20 ateliers à faire en famille. C’est l’occasion idéale d’aider votre enfant à observer, comprendre et respecter ses besoins, émotions et sensations et à l’aider à devenir une personne bien dans sa peau et ouverte sur le monde

yoga-pour-enfants-claudia-martin-hachette

Cliquez ici pour découvrir mon livre sur Amazon

A découvrir ou re-découvrir aussi : les Yama et les Niyama qui peuvent vous inspirer en tant que parent, notamment les notions de non-violence, la discipline personnelle, l’authenticité…

2) Ho’oponopono : la voie d’évolution personnelle transmise par les chamans hawaïens

Note : il existe un livre qui présente l’Ho’oponopono pour les enfants et je le cite dans mon article

3) La CNV (Communication non-violente): l’incroyable outil développé par M. B. Rosenberg

Que faire quand on est en difficulté ?

On parle beaucoup de « burn-out parental », ces derniers temps.

Si vous vous sentez isolée, démunie, en tant que maman, je vous recommande de consulter un(e) professionnel(e) de santé.

Pour prendre soin de vous au quotidien, je vous ai concocté une mini-séance que j’intitule « Le Yoga des parents »

1) Retrouvez de l’énergie en pratiquant 3 salutations au soleil (Surya Namaskar)

salutation-soleil

2) Ouvrez votre coeur en pratiquant le 1/2 pont (Sethu Bandasana)

demi-pont-allergies

3) Détendez-vous et ressourcez-vous en pratiquant la chandelle avec les jambes contre le mur (Viparita Karani)

jambes-mur-claudia-yogapassion

Attention : pratiquez le Yoga régulièrement avec un(e) professeur(e) et demandez-lui conseil, notamment sur les contre-indications de chaque posture

Pratiquer seule à la maison, avec des vidéos ou des livres peut vous occasionner des douleurs, voire des blessures et vous faire prendre de « mauvaises » habitudes dont il sera ensuite difficile de vous défaire

Les critiques de l’éducation positive

L’éducation positive est souvent taxée de laxisme et elle est associée à l’émergence des « enfants-rois ».

Je pense que tout est question de dosage entre trop de contrôle et pas assez : bien-sûr que l’enfant doit comprendre la notion d’adulte responsable et écouter les consignes importantes qui lui sont données, notamment concernant sa sécurité. Mais il doit aussi avoir l’espace nécessaire pour se développer et pour grandir.

Comme l’écrivait F. Dolto, « l’enfant est une personne » à part entière, il peut donc participer aux conversations, donner son opinion…

Ressources d’ici et d’ailleurs

Voici quelques ressources que vous pouvez découvrir en bibliothèques, dans les librairies ou sur le Web

Et 2 livres qui m’ont été conseillés par mon élève, Lucie, et que j’ai adorés, merci Lucie !

  1. Sarah Napthali, S’occuper de soin et de ses enfants dans le calme : Bouddhisme pour les mères
  2. Myla et John Kabat-Zinn, Etre parent en pleine conscience

Voilà, mon article sur la parentalité bienveillante se termine ici.

J’espère qu’il vous a inspirée et qu’il résonnera en vous et dans votre relation avec votre ou vos enfant(s).

A vous de jouer maintenant !

  • Et vous, appliquez-vous les principes de la parentalité bienveillante avec vos enfants ?
  • Avez-vous d’autres techniques pour être heureux ensemble ?

A très vite pour de nouvelles aventures sur le blog

Comments

comments