eve-anne-votre-yoga

Eve-Anne du blog « Votre Yoga »

Cette semaine, je ne prends pas directement la plume, mais je laisse l’honneur à Eve-Anne, prof de Yoga et blogueuse avec qui j’ai un chouette feeling 🙂

Je vous souhaite une très belle lecture de l’article d’Eve-Anne…!

Qui es-tu, Eve-Anne ?

Je m’appelle Eve-Anne. Je suis professeur de Natha Yoga, thérapeute en santé globale. Je suis aussi l’ auteure du blog « Votreyoga ».

Tout d’abord, merci à Claudia d’avoir joué le jeu de cet échange.

L’idée m’est venue car Claudia et moi pratiquons deux yogas très différents.

Elle pratique le Vinyasa yoga : yoga contemporain, dynamique, en mouvement, basé essentiellement sur les Yoga Sutra de Patanjali.

Je pratique le Natha Yoga : yoga très ancien, traditionnel, ou l’immobilité est très importante, fondé sur les textes tantriques.

Et pourtant, tous les yogas veulent atteindre les mêmes objectifs au bout de la route.

J’étais donc très curieuse et remplie de bonnes énergies à l’idée de partager, d’échanger, de connaître.

Le Natha Yoga est un monde tellement vaste que le décrire en un article est illusoire. J’ai donc choisi de faire très court dans la présentation et de plutôt vous parler de ce qu’il m’a apporté.

Le Natha Yoga, qu’est-ce que c’est que ça ?

Le Natha Yoga fait partie du Hatha Yoga, dont il est à l’origine.

Il est peu connu en comparaison d’autres grandes écoles aujourd’hui en plein essor.

Dans le berceau de l’Inde, le Hatha Yoga est une discipline pour ascètes. Le Natha Yoga, lui, est pratiqué par “monsieur et madame tout le monde”, vivant une vie “normale”, familiale, professionnelle, sociale…

Les lignées des maîtres Natha sont “discrètes” : pas d’ashrams, pas de publicité, pas de grands mouvements ni de rassemblements. Le disciple va régulièrement dans la maison de son maître pour y recevoir directement des enseignements, puis rentre chez lui pour pratiquer. Tout ça dans la plus grande intimité.

Les pratiques et la philosophie de vie du Natha Yoga sont codifiées par le tantrisme.

Les objectifs du Natha Yoga

Comme tous les yogas, le Natha Yoga agit sur trois éléments :

le corps : maintenir la santé, la puissance et la souplesse, l’endurance et la longévité

le souffle et les énergies : respirer correctement, développer, harmoniser et purifier les énergies qui nous composent

le mental : éliminer l’agitation, le processus discursif et analytique, le calcul et le jugement pour développer l’intuition

Tout cela a pour but final d’apprendre à se connaître, de réaliser ses potentiels et de vivre en fonction de ce qu’on est plutôt qu’en fonction des autres.

Ce que le Natha Yoga m’a appris

1) Une autre façon d’aborder Asana (la posture)

J’ai eu l’occasion de m’essayer à différents yogas. J’ai suivi beaucoup de cours qui mettaient l’accent principalement sur l’alignement du corps dans la posture. Au début de ma pratique, ça m’a bien servi.

J’ai une tendance à être souple, trop. Ca m’arrivait parfois de dépasser mes limites corporelles sans même m’en rendre compte. Apprendre quelques “règles” d’alignement m’a aidée pendant un certain temps à être plus attentive. Par contre, à un moment, cette rigueur ne m’a plus convenue. J’ai eu le sentiment d’ être bridée, de perdre “mon âme d’enfant” dans ma pratique. J’ai eu envie d’autre chose.

Dans le Natha Yoga, la posture est vue sous un autre angle. Ce n’est pas mieux ni moins bien qu’ailleurs. C’est juste différent.

La posture est considérée comme un symbole, un archétype où les énergies circulent, de manière propre à chaque posture. La posture est un moment d’immobilité utilisé pour inclure d’autres pratiques (confer le point numéro 2 ci-dessous).

6109028990_fbeed963cb_oGarudasana bras écartés - l'aigle

Quand je me mets dans une posture, j’active préférentiellement certains centres d’énergie (cakras) selon la posture dans laquelle je suis.

Avec cet objectif, l’alignement du corps dans la posture est personnel.

Je peux me “fondre” avec le symbole de la posture. Dit simplement, quand je fais la posture de l’arbre, je deviens un arbre.

Quand je fais la posture de l’aigle, je me mets dans la peau de l’aigle,…

2) Une autre façon de concevoir l’alignement : la synchronicité

Si l’alignement des différentes parties du corps n’est pas “règlementé”, alors où est l’alignement ?

Comme pour tous les yogas, le but est d’aligner le corps avec le souffle et le mental.

Pour cela, le Natha Yoga propose une façon de faire bien à lui : la synchronicité.

Il y a synchronicité quand plusieurs actions s’accomplissent en même temps, sur un échelle de temps commune. Ces actions commencent et se terminent en même temps. Il s’agit donc de synchroniser plusieurs éléments en apparence séparés pour qu’il ne deviennent plus en réalité qu’un seul élément prenant alors tout son sens (et donc toute son efficacité).

Les principaux éléments à synchroniser sont :

  • la posture : bien que certaines pratiques soient dynamiques, une posture est avant tout un moyen de s’arrêter, d’immobiliser le corps pour y inclure toutes les autres pratiques
  • le souffle : le souffle peut être lent ou rapide mais il est toujours rythmé
  • la récitation de mantras
  • la visualisation d’un “trajet” de l’énergie ou de mouvements d’expansion – rétraction de l’énergie dans la structure énergétique
  • les mudras et drishtis : gestes des mains, de la langue, des yeux, … pour canaliser l’énergie
  • les bandhas : gestes pour éviter la déperdition d’énergie, pour “booster” l’énergie

Tous ces éléments concernent soit le corps, soit le souffle (l’énergie), soit la pensée.

Ils peuvent se pratiquer de manière isolée. Mais la particularité du Natha Yoga est qu’il va toutes les regrouper dans une seule pratique, une seule posture.

Par exemple, dans la pince :

posture-pince-eve-anne-yoga

Eve-Anne dans la posture de la pince

  • je peux respirer en “Ujjayi” sur un rythme 1-4-2 (1 temps d’inspiration, 4 temps de rétention à poumons pleins, 2 temps d’expiration) ou sur un bhastrika
  • je visualise que je fais monter le souffle dans la colonne vertébrale à l’inspiration et qu’il redescend à l’expiration ou je peux visualiser l’expansion – rétraction de l’énergie dans le cakra de la base
  • je maintiens des gestes : serrer la base, positionner la langue, les yeux, …
  • je récite des mantras comme “om” ou “ram”, “Hrim”, etc…

Quand je peux synchroniser tous ces éléments dans une même pratique, il y a alignement du corps, du souffle et du mental.

Quand on commence à essayer de tout synchroniser, ce n’est pas facile : trop de choses, trop dense, trop compliqué. Et puis, avec le temps, la patience et la persévérance, on s’ améliore.

Personnellement, j’ai compris que j’avais beau être souple dans mon corps, quelque chose était complètement dispersé dans ma tête. J’ai senti que je devais changer quelque chose dans ma façon de faire, dans ma façon d’appréhender ma pratique. Et que je n’arriverais à rien si je ne développais pas plus de calme, de concentration et si je ne prenais pas le temps.

3) L’importance de la respiration

woman-558378_1280Le Natha Yoga met le pranayama au coeur de sa pratique.

Débloquer la respiration, apprendre à allonger le souffle, à faire des rétentions.

Pour caricaturer, on peut dire que le pranayama, c’est apprendre à respirer pour ensuite respirer de moins en moins. C’est à travers la maîtrise de la respiration que je peux développer l’énergie et calmer les pensées, ce qui assure bien-être, santé et longévité.

respirer en rythme et ralentir

Dans le pranayama, on invite l’individu à trouver son propre rythme : le matra. Le matra est une unité de temps personnel et qui dure plus longtemps que la seconde (entre 1 et 2 secondes).

Equilibrer les souffles de gauche et de droite

C’est probablement pour moi une des prises de conscience qui m’a été le plus bénéfique. Apprendre à observer et à équilibrer le passage de l’air dans le nez. Prendre conscience et harmoniser les cycles respiratoires entre la narine gauche et la droite est un des fondements de la santé.

4) L’importance de l’immobilité, de la concentration et de la méditation

meditation-769512_1280Beaucoup de personnes deviennent dingue à l’idée de rester sans bouger plus de quelques minutes. C’était mon cas. Et pourtant, quel bonheur quand on arrive à se poser, juste dans l’instant !

Grâce à :

– la pratique de postures dans la durée

– de nombreux exercices de concentration-méditation (soit libres, soit guidés sur un thème),

on peut prendre conscience de son agitation mentale, se rendre compte des moments de troubles dans la concentration et retrouver plus rapidement calme, aplomb et “focus”.

C’est FONDAMENTAL pour tout : le bien-être, la sérénité, mais aussi pour se positionner dans la vie, pour la santé … et j’en passe…

5) Pas de croyance, pas de morale

Le Natha yoga ne pratique pas les Yamas (un ensemble d’observances morales vis à vis des autres, comme par exemple la non-violence, la vérité, etc…) ni les Niyamas (un ensemble de règles de vie par rapport à soi-même, comme par exemple la pureté, le contentement,…).

Rassurez-vous, les natha yogin ne sont pas pour autant des gangsters sans foi ni loi. Ca ne veut pas dire non plus qu’ils ne sont pas animés de nobles valeurs. Simplement, ils ne veulent pas en faire des lois codifiées.

Et surtout, ils ne veulent pas mélanger le monde extérieur dans lequel la société se déploie et notre monde intérieur, personnel. Les règles de vie en société et la morale sont nécessaires pour vivre en communauté. Mais dès que le yogi s’installe dans sa pratique, seuls comptent la quantité et la qualité de l’énergie, la conscience, et la découverte de soi. Cette découverte doit se faire de manière neutre. C’est pourquoi les codes moraux n’y ont pas de place. A chacun de développer sa propre éthique en fonction de ce qu’il est. L’idée est de garder une âme d’explorateur, sans jugement ni attente.

Les Natha yogin considèrent que tout est question d’énergie :

– Si je suis animé par la colère, la convoitise, la jalousie,.. je vais développer de mauvaises énergies et attirer à moi les évènements malheureux

– Si j’acquiers de belles énergies par ma pratique, je vais automatiquement développer des comportements d’amour et de paix.

Pour dire simplement, la colère, la haine, la rancoeur, la violence, … ça coûte plus cher en carburant que l’amour et la compassion.

Donc, aimons …

6) La rigueur, c’est bien. Le plaisir, c’est bien AUSSI

evening-sun-693300_1280Ce point de vue vient de la philosophie tantrique.

La pratique du Natha Yoga se fonde sur la recherche d’un équilibre entre une grande rigueur et une grande saveur. La pratique se divise en deux temps :

les moments d’”entraînement”, où on pratique en suivant les règles strictes. En général, c’est là où on sue, où on exerce la volonté, on s’investit… Mais dans tous les cas, la recherche de saveur reste en ligne de mire.

les moments de “lâcher prise” où on sort complètement des règles, pour improviser une séance personnelle uniquement en fonction de ce qu’on ressent, de ce dont on a envie. Ca c’est du pur bonheur !

Aujourd’hui, une chose est devenue très claire pour moi : le jour où je ne m’amuse plus, j’arrête !

Cette philosophie rigueur-saveur se transpose aussi dans la vie.

7) Apprendre de ses souffrances – jouir des plaisirs de la vie

La souffrance et le plaisir sont deux facettes d’une même médaille : ce sont deux “outils” pour apprendre à se connaître et pour se développer.

  • Accepter et apprendre de nos évènements de vie douloureux dans le détachement
  • Profiter de tous les plaisirs de la vie sans s’y attacher

Je trouve que ce sont des pensées encourageantes pour maintenir un équilibre et vivre sereinement.

siddhasana - CopieSi vous avez aimé cet article, venez découvrir mon blog “VotreYoga”. J’ y partage des conseils et exercices de yoga. Mais vous y trouverez également d’autres références à mes domaines de prédilection concernant la santé et de l’épanouissement personnel. (santé globale, développement personnel, PNL, biologie,…)

Namaste

 

 

Pour ma part, je n’enseigne pas (encore ?) le Natha Yoga.

J’enseigne l’Ashtanga et le Vinyasa Yoga et ma collègue Laure enseigne le Hatha !

Réservez vos cours avec nous !

A vous de me dire maintenant … A quelle école de yoga êtes-vous accro ? Qu’est-ce que vous y appréciez particulièrement ?

Comments

comments