Pourquoi ai-je eu envie d’écrire cet article sur le Burn Out ? Eh bien c’est parce que j’ai été moi-aussi une super stressée du travail, une salariée courant partout comme un hamster dans sa petite roue, une petite abeille fatiguée de bourdonner dans tous les sens. Ca, c’était ma vie avant de tomber amoureuse du Yoga et d’entamer ma reconversion!  Je vous raconte mon parcours ici, à lire ou relire si ça vous tente !

Je pense vraiment que le stress au travail et le Burn Out en particulier ne devraient pas rester des sujets tabous. Alors, c’est décidé, aujourd’hui, on en parle ensemble sur le blog !

Comment les Burn-Out sont-ils apparus ?

le-burn-out

Beaucoup de personnes exercent désormais un travail de bureau sédentaire.

A la pénibilité physique des métiers de nos ancêtres s’est substituée une pénibilité psychologique, une fatigue nerveuse, une pression de presque tous les instants. Dans de nombreuses entreprises, il faut impérativement « faire du chiffre », « produire plus », l’efficacité et la rentabilité sont des priorités bien clairement affichées au quotidien. Dans tout ça, on a parfois du mal à trouver du sens dans son travail, sans compter qu’on se sent souvent de plus en plus menacée par le risque de perdre son emploi.

En 1993, le Bureau International du Travail (BIT) estimait que le stress était devenu l’un des plus graves problèmes de santé de notre temps.

En octobre dernier, selon le baromètre du climat social social et de la qualité de vie au travail ,CEGOS, 61% des personnes interrogées confirment d’ailleurs que le stress au travail fait partie de leur quotidien. Il est de surcroît bien plus présent chez les cadres et managers que chez les salariés non cadres.

Les récentes vagues de suicides chez France Telecom ont contribué à mettre en lumière des situations extrêmement alarmantes et préoccupantes.

Historiquement, cest en juin 1959 que le psychiatre français Claude Veil a introduit le concept d’épuisement professionnel dans l’histoire médicale.

Puis, au début des années 70, Freudenberger, psychothérapeute et directeur d’un hôpital de jour, désigne le Burn Out comme un syndrome d’épuisement des ressources physiques et psychiques, affectant plus particulièrement les professions d’aide, de soins et de formation.

Qu’est-ce que le Burn Out ? Tentative de définition

burn-out-au-travail

Faire un Burn Out, c’est littéralement brûler de l’intérieur, se consumer complètement, comme le ferait une allumette.

La France a énormément de retard sur ce phénomène, elle n’a commencé à s’y intéresser qu’en 2002. Quand on sait que tous les pays nordiques considèrent le burn-out comme une maladie depuis le début des années 90, et que le Danemark s’intéresse au phénomène depuis les années 70, on comprend l’ampleur du retard pris par la France…

En français, on évoque toutefois des notions assez proches du Burn Out, notamment :

  • L’épuisement professionnel
  • Le surmenage
  • La souffrance au travail
  • Le Workaholisme
  • La dépression

Notons aussi que le Karoshi, décrit pour la 1ère  fois il y a 50 ans au Japon, consiste en une mort subite par infarctus du myocarde massif ou par AVC d’un salarié, suite à un surcroît de travail et un stress chronique élevé.

Partout dans le monde, le Burn-Out compte parmi les risques psycho-sociaux. 

Mais que sont ces risques psycho-sociaux précisément ?

Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de « stress », qui n’est en fait qu’une manifestation de ce risque en entreprise.

Ils recouvrent en réalité des risques professionnels d’origine et de nature variées, qui mettent en jeu l’intégrité physique et la santé mentale des salariés et ont, par conséquent, un impact sur le bon fonctionnement des entreprises. On les appelle « psychosociaux » car ils sont à l’interface de l’individu ( le »psycho ») et de sa situation de travail.

On retrouve par exemple parmi ces risques psycho-sociaux le harcèlement professionnel.

Nous nous concentrerons ici uniquement sur le Burn Out qui est l’un des nombreux risques psychosociaux existants.

La reconnaissance du Burn Out : un long chemin !

reconnaissance-du-burn-out

La question de sa reconnaissance en maladie professionnelle polarise les débats.

La FIRPS (Fédération des Intervenants en Risques Psychosociaux) met l’accent pour la première fois sur la prévention du Burn-Out et la désigne comme une nécessité urgente de santé publique.

Pourtant, au printemps 2015, l’inscription du Burn-Out au tableau des maladies professionnelles, débattue par les parlementaires français a finalement été rejetée probablement du fait de l’imprécision des contours de cette réalité.

Les coûts du Burn Out

Le Burn Out est un problème de santé qui a un coût médical, social et économique et qui est très inquiétant pour l’équilibre de nos sociétés. Une belle remise en question de notre modèle du tout, plus vite s’impose désormais, nous en reparlerons plus bas dans cet article, alors suivez bien 🙂

Pour vous donner une petite idée de ce dont on parle, en Europe, le coût économique annuel du stress au travail dépasserait les 20 milliards d’euros…

Quelle est la différence entre le simple stress et le Burn Out ?

Le stress est ponctuel, là où le Burn Out est une réaction à un stress chronique.

C’est probablement la psychologue américaine Christina Maslach qui, au début des années 1980, a le mieux étudié et analysé l’épuisement survenant en milieu professionnel. Le Burn-Out trouve ses racines, en réponse à une quantité de facteurs stressants s’inscrivant dans la durée. Le burn-out serait une conséquence de réactions et un état psychologique et physiologique résultant de l’accumulation de stress quotidiens ayant usé l’individu.

burn-out-maslach

Portrait de Christina Maslach, scientifique spécialiste du Burn Out

Comment se manifeste le Burn Out ? Comment le reconnaitre ? Quels sont ses symptômes ?

burn-out-femme

Le Burn Out concerne généralement des personnes fortement investies dans leur travail

Cela peut être des overarchievers, des hustlers, des personnes très ambitieuses et ayant sans cesse peur de l’échec et de ne pas être à la hauteur.

Le burn-out est donc un état d’épuisement psychologique (émotionnel), mais aussi cognitif (avec une perte de motivations et des difficultés de concentration) et physique (« coup de pompe »), qui se présente sous forme de symptômes traduisant une réaction de détresse à une situation de stress en milieu professionnel.

Ceci explique la fréquence de manifestations affectant le système cardiovasculaire (risque coronarien), la fonction sommeil, l’appareil musculo-squelettique (douleurs chroniques), la sphère affective (humeur dépressive, mauvaise estime de soi, anhédonie), les relations interpersonnelles (détachement, indifférence, irritabilité).

Une élève qui a récemment suivi une formation sur les risques psychosociaux et qui se reconnaitra sans doute si elle lit cet article, m’indiquait que face au stress professionnel très élevé, il y a même des cas d’aphasie (perte de l’usage de la parole), des pertes de cheveux…. On peut aussi trouver des cas d’apparition de diabète, d’anorexie, de boulimie, de schizophrénie…

La perte de mémoire, la baisse de libido, des infections fréquentes (rhume, grippe….), des difficultés de concentration sont aussi des signaux possibles témoignant d’un Burn Out.

Les personnes en Burn Out ont souvent recours, en désespoir de cause, au café, voire aux anti-dépresseurs, aux somnifères ou stimulants, ou même à l’alcool ou aux drogues pour tenir le coup.Mais tout cela ne fait que soulager momentanément les symptômes, sans traiter les causes profondes à l’origine de la situation à risque.

Les travaux de Christina Maslach, chercheuse en psychologie sociale ont conduit à retenir trois dimensions pour définir le Burn-Out : « un syndrome d’épuisement émotionnel, de dépersonnalisation et de réduction de l’accomplissement personnel »

Quelques statistiques et chiffres autour du Burn-Out

En France, chaque année, seulement quelques centaines de cas de dépression sont reconnus comme ayant une origine professionnelle. Toutefois, en 2015, une étude de l’InvS estime à 480 000 le nombre de personnes concernées par la souffrance psychique au travail dont environ 7%, soit 30 000 cas classifiés Burn-Out. L’étude ajoute que la frontière avec les dépressions « causées ou aggravées par le travail » est difficile à établir.

Un cabinet spécialisé dans la prévention des risques professionnels annonçait au début de l’année 2014 le chiffre de 3 millions de sujets concernés par le Burn-Out en France.

On voit bien que les chiffres sont très variables d’une source à l’autre. C’est un peu comme dans les manifs, il y a « selon les syndicats » et « selon la police » !

Comment détecter le Burn-Out ?

burn-out-depistage

Plusieurs échelles de mesure sont désormais disponibles, notamment le Maslach Burn Out Inventory (MBI). Il y a aussi le BurnOut Measure (BM) ou le Copenhaguen BurnOut Inventory (CBI).

En-dehors du recours à ces questionnaires, l’employeur, l’encadrement, la médecine du travail doivent être vigilants à un ensemble de signaux d’alerte notamment :

  • Le salarié se plaint-il de manquer d’énergie pour réaliser son travail ?
  • Fait-il part de problèmes de concentration ou de manque de disponibilité mentale au travail ?
  • Est-il facilement irritable ?
  • Dévalorise-t-il son travail ? Ses compétences ?
  • Manifeste-t-il des signes de désinvestissement professionnel ?

Exemple de situation de Burn Out

Cas d’un employé d’une agence de communication

Mon métier, je l’aime, je l’ai choisi, j’ai tout fait pour y arriver… Depuis plusieurs semaines, j’ai l’impression d’être vidé de l’intérieur. Je n’ai plus d’énergie pour me lever le matin, plus envie… J’ai trop de projets en cours, je passe de l’un à l’autre et je n’en vois jamais le bout. J’ai l’impression de n’avoir jamais le temps de faire correctement mon travail. Je supporte de moins en moins mes collègues, les demandes de mon responsable. On accepte des projets qu’on ne devrait pas accepter. Le chiffre, le chiffre, toujours le chiffre… Je n’ai pas choisi de faire ce métier pour ça. Je me dis qu’être graphiste ici n’est pas aussi valorisant, gratifiant que cela…»

Source : Guide d’aide à la prévention sur travail-emploi.gouv concernant le BurnOut

Comment prévenir le Burn Out ?

Les acteurs de la prévention

En France, il n’existe pas de réglementation spécifique à la prévention du stress au travail.


Cependant, l’obligation générale d’évaluation et de prévention des risques porte aussi sur la « santé mentale » (Article L 4121-1 du code du travail) ; ces risques doivent donc bien être insérés dans l’évaluation des risques et consignés dans le Document Unique.
L’évolution actuelle de la jurisprudence sur la responsabilité de l’employeur confirme « l’obligation de résultat » (cf. Cass.soc., 5 mars 08) et non plus la seule obligation de moyens.


Cela signifie que la responsabilité est engagée dès lors que le résultat n’est pas atteint.


Des réglementations particulières visent la prévention de risques qui peuvent constituer des sources de stress (bruit Art. R4213-5, travail sur écran Art. R 4223-8, travail de nuit ou travail posté). Des textes spécifiques sur le harcèlement moral existent : art. L. 1152-1 et la jurisprudence confirme des sanctions pénales possibles.

3 niveaux de prévention du Burn Out peuvent être identifiés

La prévention du burn out peut s’organiser au niveau primaire en évitant les contextes favorables à son apparition et en respectant certaines précautions, comme par exemple s’assurer de la légitimité des efforts demandés en regard de leur utilité ou limiter dans le temps la mobilisation demandée pour ne pas en faire un mode permanent de sollicitation.

La prévention secondaire du burn out passe par la détection des situations à risque afin d’intervenir à bon escient. Pour identifier les premiers signes d’un burn out, le management et les collègues doivent être attentifs aux variations de comportement, de rapport aux autres, au développement d’un certain cynisme. Dès lors, il faudra engager certaines actions pour essayer de stopper les processus qui conduisent au burn out : entretiens professionnels, formations, mise en place d’un soutien particulier…

La prévention tertiaire consiste à accompagner la personne en burn-out et favoriser son retour au travail. Dans plus de la moitié des cas, le retour au travail des salariés après un burn out est un échec.

Quelles sont les causes du Burn Out ?

Voici quelques facteurs clés :

  • Les fortes exigences du travail et les charges de travail importantes voire démesurées
  • Le manque d’autonomie
  • Le manque de soutien social et de reconnaissance
  • Les conflits de valeur

Interviennent aussi des facteurs individuels liés à la personnalité du sujet qui peuvent renforcer sa vulnérabilité.

Voici mon avis sur le Burn Out

Je pense que l’Open Space avec le bruit, la surveillance mutuelle les uns des autres, les tout petits espaces dépersonnalisés de travail, contribue fortement aux risques de Burn Out.

A ce sujet, je vous recommande l’excellent ouvrage d’Alexandre des Isnards, L’Open Space m’a tuer.

lopen-space-ma-tuer

Après l’avoir lu, j’ai eu la chance d’avoir mon propre bureau dans mon ancien métier. Je pense que ça m’a aidée à tenir le coup temporairement, jusqu’à ce que je comprenne que ce n’était pas ma voie et qu’il fallait que je fasse un métier en accord avec mes valeurs et ma philosophie de vie.

A mon avis, les dossiers qui s’accumulent, les délais impossibles à tenir, les réunions qui s’enchainent et s’éternisent, la frontière de plus en plus floue entre la vie professionnelle et la vie personnelle, les horaires décalés, les longs temps de trajets pendant les heures de pointe, le manque de temps pour déjeuner, prendre des pauses, se consacrer à son développement personnel et spirituel contribuent eux-aussi à ce risque de Burn Out.

Quand on en arrive au stade où on ne peut plus aller aux toilettes ou se faire un café sans essuyer une remarque moqueuse ou une réprimande, on comprend bien que des troubles comme le Burn Out puissent trouver un terreau fertile pour faire leur apparition…

Comment le Yoga peut-il être ou devenir un outil complémentaire précieux ?

Je suis persuadée qu’il est absolument impératif de ré-apprendre à prendre soin de soi et de reprendre du Temps pour nous. 

Comme le dit un proverbe connu : « Si tu ne prends pas toi même soin de toi, alors qui d’autre va le faire à ta place ? »

A mon avis, personne, et surtout pas la personne qui va te prescrire des médicaments chimiques qui vont soulager tes douleurs sur le coup, mais, à terme, te déconnecter encore un peu plus de ton intelligence corporelle et te rendre accro à tout un tas de substances nocives.

Alors pourquoi est-ce que j’ai beaucoup d’espoir face à ces problèmes graves et que ça ne me donne pas (tout de suite ?)envie de fuir sur une île tropicale ?

Eh bien je crois de tout mon coeur en une révolution du bien-être, une ré-appropriation de la santé et du bien-être par chacun, un changement de paradigme, une transition de la croissance vers la décroissance, un passage de la course contre la montre vers le mouvement Slow et vers un temps plus long. Je crois en une transition de la sur-abondance et du trop-plein vers le minimalisme et la simplicité. Je crois que nous pouvons arrêter l’info-bésité pour aller vers une détox digitale et retrouver la joie de penser par nous-mêmes. Je crois que nous pouvons lire et relire les philosophes d’hier, d’aujourd’hui et de demain et nous imprégner des sagesses millénaires. Enfin, je crois que nous pouvons et que nous devons replacer l’humain plutôt que le capital au coeur de nos vies !

Ici je partagerai une opinion personnelle (c’est fait aussi pour ça un blog, non?) et je condamnerai personnellement un slogan comme « Travailler plus pour gagner plus » qui, à mon sens, est une aberration et un facteur de division inutile de la société.

burn-out-humour

Je proposerais à la place quelque chose comme :

« Travailler mieux, en faisant ce que nous aimons, en déployant notre créativité et en apportant notre valeur ajoutée au monde. Tout cela en créant notre propre liberté et en gagnant notre vie de manière au minimum décente, au mieux, confortable ».

Bon, vous votez pour moi aux prochaines Présidentielles ??? Haha, je plaisante évidemment 🙂 Je me présente pas, j’aime trop ma tranquillité ! 🙂 🙂

Venons-en maintenant spécifiquement au Yoga et à son rôle possible dans la prévention et la gestion du Burn Out !

En quoi le Yoga peut-il aider à combattre le Burn Out ?

portrait-claudia-yogapassion

Avant j’enroulais des affiches pour les concerts, maintenant j’enroule mes bras dans une variation de Uthita Parshvakonasana, ça change tout !!

Grâce à ses multiples vertus bénéfiques sur le corps et l’esprit, le Yoga peut être une aide très intéressante si vous êtes un jour victime d’un épuisement professionnel.

Corine, 39 ans, explique : « J’ai commencé le yoga parce que j’ai fait un burn out professionnel. Et ça m’a vraiment beaucoup aidé. C’était une période extrêmement dure pour moi et grâce à des séances régulières, j’ai commencé à aller mieux mentalement et physiquement. Depuis, je vais mieux et je continue à en faire. »

Cette discipline permet donc de dénouer des tensions corporelles et d’apaiser le mental. Elle peut vous permettre de retrouver un équilibre après une période stressante ou un traumatisme émotionnel. L’idéal est de faire des séances de 15 à 20 minutes par jour, le matin ou le soir en rentrant.

Mais attention, pour guérir un Burn Out, le yoga suffit rarement. Il est généralement prescrit en même temps qu’un traitement médical et/ou psychologique. Le yoga seul peut difficilement vous remettre totalement d’un Burn Out mais peut y contribuer.

Sur le site Allodocteurs, Florence Lamy, coach spécialiste du Burn-Out, explique : « Bien sûr, le yoga est indiqué pour dénouer les tensions corporelles et aussi apaiser les états mentaux afférents. C’est une bonne pratique prophylactique mais aussi de restauration post-burn-out. »

Source : Gojimag : « Comment le Yoga peut-il m’aider à surmonter un Burn Out ? »

Découvrez aussi le témoignage de Véronique qui raconte comment le Yoga l’a aidée à surmonter son Burn Out

Le Yoga : mon essentiel

Décembre 2014, au décours de mon burn-out, j’ai décidé de pratiquer le yoga de façon plus intensive car une activité était nécessaire dans mon quotidien. Au début, le yoga me servait d’ancrage pour ne pas rester seule à la maison et pour m’obliger à sortir. J’ai commencé par le Ashtanga yoga qui est un yoga dynamique et plutôt physique puis j’ai complété avec du Sophro-Yoga et un professeur exceptionnel.

Très vite, le yoga est devenu un fondamental dont je ne peux plus me passer dans ma vie.

Le yoga m’a permis de briser le cercle vicieux des obligations dans lequel j’étais enfermée, il m’a conduite vers plus de spiritualité et moins de pensées pratiques ; il est devenu essentiel dans la recherche du moi intérieur. Il m’a reconnectée à mes aspirations profondes et à la notion de plaisir : Qui suis-je ? Qu’est-ce que j’aime faire ? Qu’est ce qui me plait à cet instant ?

Il m’a aidée à redécouvrir ce qui est important, prioritaire dans ma vie et à apprendre à profiter de l’instant présent. Enfin, avec la pratique du yoga, je ‘touche’ l’apaisement et ressens le calme et la paix intérieure. Un goût de sérénité s’offre à moi, enfin…

Véronique

portrait-diane-ballonad-rolland

Portrait de Diane Ballonad-Rolland, créatrice du super blog « Zen et Organisée »

Source de l’article : « Burn Out : Retrouver son équilibre grâce au Yoga sur le blog de Diane Ballonad Rolland, Zen et Organisée

yoga-burn-out

Lisez aussi « Burn Out : Du Yoga pour les banquiers de La City » sur le site du Point

adeline-blondieau-yoga

Exclusif – Adeline Blondieau fait du yoga avec sa fille Wilona en Autriche, le 30 septembre 2013 © Pure People

Ici, la comédienne Adeline Blondieau raconte comment le Yoga l’a sauvée du Burn Out

Prenons un exemple issu du Yoga : la  posture de l’arc (Dhanurasana) est hautement symbolique : si on tire trop sur une corde, alors elle casse !

burn-out-corde-casse

A trop tirer dessus, la corde casse !!

arc-posture-yoga

Dans la posture de l’arc, on trouve au contraire un équilibre salutaire

Il faut donc toujours doser nos efforts, travailler de manière équilibrée et raisonnable, ni trop, ni trop peu. Et ne jamais négliger la dimension de plaisir dans notre travail !

Si vous êtes stressée et que vous recherchez un outil d’accompagnement pour devenir et rester Zen et Inspirée au quotidien :

Découvrez mon Programme : « Zen & Inspirée en 30 jours »

Et après un Burn Out ?

Les salariés victimes d’un Burn Out se sentent souvent traumatisés par le travail et appréhendent grandement la reprise de leur activité après plusieurs semaines voire mois d’absence. Alors comment reconstruire l’identité professionnelle et comment retrouver un bien-être au travail ? Vous trouverez des ressources en fin d’article pour approfondir ce sujet.

Et le Burn Out des profs de Yoga, on en parle aussi ?

yoga-burn-out

Une prof de Yoga stressée, voire au bout du rouleau, ça existe ?! What ????

Vous pensez plutôt que les profs de Yoga sont Zen toute la journée et qu’ils n’ont jamais de soucis ?

Prof de Yoga, ce serait LE dream Job ?

job-reve-prof-yoga

D’après mon expérience, et comme dirait Norman :

faux-normal

En effet, même si nous avons un métier absolument merveilleux, même si nous avons la chance de vivre (de) notre passion au quotidien, même si notre profession nous permet de continuer à apprendre et à progresser tous les jours, nous avons aussi quelques (petits) challenges à gérer au quotidien. 

Si vous avez le projet de devenir un jour Prof de Yoga :

Commandez mon Ebook : « Trouver Sa Formation de Prof de Yoga ! »

Vous pouvez aussi lire Un bon article (en anglais) sur DoYouYoga.com qui donne des conseils aux profs de Yoga et aux yogi(ni)s pour éviter le Burn Out

Si vous vous sentez vulnérable face au Burn-Out, alors surtout, entourez-vous bien et ne restez pas seule !!

Ce n’est pas une situation à prendre à la légère du tout et votre bien-être et votre équilibre sont fondamentaux ! N’hésitez pas à demander de l’aide à des personnes compétentes si vous en avez besoin.

Pratiquer le Yoga peut considérablement vous aider à prévenir le Burn-Out

Réservez un cours de Yoga avec moi !

Les sources et ressources disponibles sur le web autour du Burn Out

Guide de la FIRPS : « Prévenir le Burn Out »

Dossier de l’INRS sur le BurnOut

Risques psychosociaux : S’informer pour agir

Le rapport de l’Académie de Médecine sur le Burn Out

Qui sont les salariés les plus exposés au risque de Burn Out ?

La reconstruction professionnelle après un Burn Out

Pistes de lecture pour aller plus loin

se-reconstruire-apres-un-burn-out

 

 

 

Se reconstruire après un Burn Out, Sabine Bataille

 

 

 

 

burn-out-ide-pascal

 

 

 

Le Burn Out, une maladie du don, Pascal Ide

burn-out-jarrete-de-mepuiser

 

 

 

 

J’arrête de m’épuiser, Marlène Schiappa et Cédric Bruguière, Editions Eyrolles

burn-out-maslach

 

 

 

Burn Out, Christina Maslach

enfants-burn-out

 

 

 

Le burn-out des enfants, Béatrice Millêtre

Un peu d’humour autour du Burn Out

Car oui, je crois aux incroyables vertus de l’humour (même dans le Yoga !) pour prendre du recul sur les choses et se détendre…

humour-burn-out

 

humour-burn-out

humour-burn-out

gaston-lagaffe-burnout-humour

Et le Bore-Out alors ?

le-bore-out-professionnel

Le Bore-Out, c’est le contraire du Burn-Out. Il s’agit d’un manque de sollicitation professionnelle. En gros, on n’a rien à faire de ses journées, et pourtant, on doit être là pour faire du temps de présence. Finalement, c’est nerveusement très épuisant, mais aussi très frustrant, on perd littéralement son temps alors qu’on pourrait l’employer à faire des choses beaucoup plus intéressantes

Découvrez cet article de Psychologies pour en savoir plus sur le Bore-Out

Le Monde propose aussi un article passionnant sur le Bore-Out

Si vous vous sentez stressée par votre travail, par votre quotidien, si vous avez déjà vécu un Burn Out ou si vous êtes plutôt en Bore-Out en ce moment, dans tous ces cas-là, j’ai envie de vous envoyer un big hug et de vous dire que tout ira bien ! Y a pas que le travail dans la vie et heureusement, pas vrai ?

Et si jamais vous envisagez une reconversion dans les métiers du bien-être, alors vous pouvez découvrir ma nouvelle activité qui s’appelle MyZenBusiness.fr. Je propose des accompagnements de groupe et des coaching personnalisés pour vous aider à créer et gérer votre entreprise du bien-être en toute sérénité !

Et maintenant, à vous de jouer dans les commentaires !

Et vous, dites-nous :

  • Avez-vous déjà vécu un Burn Out ? Est-ce que vous arrivez à en parler maintenant ou ça reste douloureux ?
  • Est-ce que le Yoga vous a aidée à vous en sortir ?
  • Si vous n’êtes pas en Burn Out mais que vous êtes quand même super stressée dans votre travail, alors est-ce que vous avez des petites astuces pour assurer sans vous épuiser ?

J’ai hâte de lire vos commentaires et que cet article, de monologue, devienne un beau dialogue à plusieurs voix.

Je vous dis à très vite pour de nouvelles aventures !

Les mots clés recherchés:

  • burn out
  • yoga burnout
Vous avez aimé l'article ?
livre pour soulager son stress avec le yoga

Si c'est le cas, téléchargez gratuitement mon guide "Je soulage mon stress" où vous découvrez 7 techniques simples et efficace pour vaincre votre stress !

Télécharger le guide

Comments

comments