Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous proposer un article sur l’une de mes grandes passions dans la vie ; j’ai nommé : le thé !
Pour moi, il est inconcevable de passer une journée sans déguster de nombreuses tasses de thé et mon thermos me suit partout.
C’est un vrai défi pour ma vessie, notamment dans les transports en commun ou pendant les longues conférences haha, mais j’assume 🙂
Si le thé vous intrigue, vous fascine ou vous ravit, alors je vous invite à embarquer avec moi pour découvrir, ensemble, un petit pan de ce fascinant monde du thé. Je vous invite à vous préparer une bonne tasse de ce savoureux breuvage et à bien vous installer pour démarrer votre lecture. Les bienfaits du thé et son Histoire ont de grandes chances de vous bluffer ! 

A mettre dans vos oreilles le temps de la lecture…!

D’où me vient ma passion du thé ?

bienfaits-du-the

Je n’ai jamais aimé le café. J’ai toujours aimé sentir son odeur, dans les grains de café, ou émanant d’une tasse, mais je n’ai jamais aimé son goût.

Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai, depuis mon adolescence, toujours bu du thé.

J’ai de chouettes souvenirs en famille de dégustations de thé.

Il y eu le thé avec ma « mamie Myriam », qui m’a fait notamment découvrir et aimer le thé fumé, le Lapsang Souchong.

Il y a eu la tasse de thé au lait partagée avec mon papa et mon petit-frère, en rentrant le soir, notre petit rituel pour nous poser ensemble.

Et aussi le thé bu avec mes tatas, à Evian. Quand je pense à ma tata Babeth, je ne peux d’ailleurs pas l’imaginer sans son éternel bol de thé à la main !

Depuis mon adolescence, j’ai toujours aimé prendre le thé avec mes amies, dans un café ou un salon de thé. Et je me souviens que quand je voyageais, je craignais toujours de manquer de thé 🙂

Un jour, une amie m’a parlé des cours de l’Ecole du Thé, à Paris. Il y avait la possibilité de suivre un cursus complet sur le thé ! J’ai tout de suite senti que ça allait me passionner et je me suis inscrite. A mon rythme, j’ai suivi le cursus complet, avec des cours sur l’Histoire du thé, sa culture, sa préparation, les différentes couleurs de thé, les thés dans le monde, les cérémonies du thé, la cuisine au thé, les accords thés/mets etc.

cours-école-du-the-paris

Un cours à l’Ecole du Thé à Paris

J’ai aussi suivi quelques cours de thé chez Mariage Frères.
Pendant tous ces cours et ces tea-tastings, j’ai énormément appris et j’ai maintenant le plaisir de vous partager quelques éléments 🙂

L’Histoire du thé

empereur-shennong-naissance-du-the

L’Empereur Shennong découvre le thé

 

Les légendes autour du thé

Selon la légende chinoise, l’utilisation du thé comme boisson serait apparue en l’an 2737 avant notre ère, quand des feuilles se seraient détachées d’un arbre pour tomber dans l’eau chaude que l’Empereur Shennong avait fait bouillir dans une jarre pour se désaltérer. Ce dernier aurait alors apprécié le breuvage dont la consommation se serait généralisée. Une variante de cette légende veut que l’empereur, ayant testé toutes les plantes de l’univers, aurait ingéré par une erreur une plante soporifère ou toxique alors qu’il se reposait sous un théier. Une feuille de thé s’étant détachée de cet arbre, il l’aurait mâchée et aurait découvert ses vertus.
Une autre légende originaire d’Inde attribue l’invention du thé à Bodhidharma, fondateur en Chine de l’école Chan : ce moine bouddhiste se serait endormi après avoir médité pendant neuf ans devant un mur. À son réveil, il se sentit si coupable qu’il se serait coupé les paupières pour éviter de se rendormir et les aurait jetées au sol, donnant naissance au théier.
Le tout premier ouvrage au monde traitant du thé, écrit par Lu Yu  entre les années 70 et 780 de notre ère, est Le Classique du Thé, le Cha Jing.
« On trouve, écrit-il, dans le service du thé le même ordre et la même harmonie que ceux qui règnent en toute chose. »
Vieille de 2 000 ans, reliant les provinces du Yunnan & du Sichuan, en Chine, aux plus hauts plateaux du Tibet, la route du thé est une voie mythique, aussi belle que périlleuse. Cette route, chargée d’histoire, de bouleversements économiques et sociaux, nous entraîne aux origines du thé.
Le thé fut introduit au Tibet en 641 lorsque la princesse chinoise Weng Cheng épouse le roi tibétain Srong-Btsan Sgam-Po.
Afin de développer la puissance militaire chinoise, le thé du Yunnan et du Sichuan fut alors échangé contre des chevaux du Tibet et de Mongolie, réputés pour être les meilleurs des montures. Un cheval était troqué contre environ 60kg de thé. Cela marqua le début de la Cha Ma Gu Dao, littéralement la « route caravanière thé-cheval » en mandarin, route qui fut parcourue pendant plu de 15 siècles.
Au 8ème siècle, le thé fit son entrée en Chine, dans le royaume de la poésie, comme une des distractions élégantes du temps.
Au 15ème siècle, le Japon l’ennoblit et en fit une religion esthétique, le théisme : un culte basé sur l’adoration du beau parmi les vulgarités de l’existence quotidienne.
3 périodes du thé se sont succédé : le thé bouilli, le thé battu et le thé infusé.
On raconte que le thé fut introduit en Occident notamment grâce au botaniste écossais Robert Fortune qui se déguisa en voyageur chinois (!) pour aller directement espionner les secrets du thé en Chine.
Tous les thés proviennent de la même plante appelée « camélia sinensis », c’est leur mode de préparation qui détermine leur couleur.

Les pays producteurs de thé

Le thé est principalement cultivé en Asie, en Afrique, en Amérique Latine, autour des mers Noire et  Caspienne. Les quatre plus grands pays producteurs de thé aujourd’hui sont la Chine, l’Inde, le Sri Lanka et le Kenya. Ensemble, ils représentent 75% de la production mondiale.
Pour ma part, j’ai eu la grande joie de visiter les plantations de thé en Corée du Sud, à Boseong ! J’en garde un souvenir très fort !
coree-plantation-the-boseong

Le thé et la santé

Le thé présente de multiples bienfaits. Avant de devenir un breuvage, il fut d’abord une médecine.

On appliquait souvent la pâte de thé comme remède externe pour soigner les rhumatismes.
Les Taoïstes considéraient le thé comme un élément important de l’élixir d’immortalité et les Bouddhistes s’en servaient couramment pour lutter contre le sommeil durant leurs longues heures de méditation.
Le thé est riche en fluor, très important pour l’émail des dents
L’acide tannique qu’il contient dilate les vaisseaux sanguins.
5 tasses de thé par jour diminuent la mortalité de 16%, selon les chercheurs nippons.
Le thé contient de la caféine, comme le café, la « théine » n’existe pas ! Il contient aussi des alcaloïdes (excitants).
Pour retirer la caféine du thé, il suffit de rincer les feuilles avec une première eau frémissante que l’on jette au bout d’une trentaine de secondes avant de réaliser l’infusion.
Le thé est un diurétique, il faut donc bien s’hydrater lorsqu’on en consomme.
La feuille de thé contient des huiles essentielles.
On recommande une consommation maximum de 6 tasses par jour, de préférence en-dehors des repas pour ne pas risquer de diminuer l’absorption du fer.
Le thé peut soulager en cas de diarrhée ou de maux de ventre.

La boule à thé : une fausse bonne amie.

Pour être bon, un thé doit avoir toute la place pour s’exprimer. Il ne faut pas le comprimer dans quelque chose, un sachet ou une boule à thé. L’idéal est de choisir un filtre qui laisse la place aux feuilles de se libérer, notamment si vous prépare un thé Oolong dont les feuilles vont considérablement se déployer pendant l’infusion.

Le thé se bonifie-t-il avec l’âge ?

Eh non, le thé n’est pas comme le vin. Il doit être consommé rapidement et conserve sa fraicheur pendant environ un an.

Profession : sommelier en thé

sommelier-en-the

Un goûteur goûte 100 à 150 thés par jour environ et il en sélectionne 5 à 10 seulement !

Le thé dans la littérature

livres-et-thés

Thé et livres vont si bien ensemble !

Voici quelques personnages de la littérature dont le nom est associé de près au thé !
tea-time-alice-pays-merveilles
Dans Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll
« Vous prendrez bien une tasse de thé ? » nous demande le chapelier
On lit aussi : « Il y avait une table servie sous un arbre devant la maison et le lièvre y prenait le thé avec le Chapelier », chapitre VII, Un thé chez les fous, Lewis Carroll (1865)
pocahontas-jenkins
Dans Pocahontas 2, l’adorable Mrs Jenkins, répète à l’envi : « Je crois que je vais refaire un peu de thé »
the-madeleine-proust
Dans, Du côté de chez Swann Proust écrit ce passage devenu mondialement célèbre :
« Et tout d’un coup, le souvenir m’est apparu. Le goût, c’était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin, à Combray, quand j’allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonine m’offrait après l’avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. »
Par ailleurs, je ne suis pas séries télé, mais mon papa m’indique que, dans plusieurs séries comme The Crown ou Downtown Abbey, thé et petites cuillères en argent ont une place prépondérante !

Quelques livres sur le thé

  • Le Classique du Thé, Lu Yu, entre 760 et 780
  • Le chant du Thé, Lu Tung
  • Kissa-yojo-ki (Mémoire sur le thé et la conservation de la santé), entre 1202 et 1500
  • Le livre du thé, Okakura Kazuzo, 1906
  • A Nice Cup of Tea, George Orwell, 1946
  • Paul Butel, Histoire du thé,

Zoom : les + grands consommateurs de thé du monde sont Allemands !

frise-orientale-allemagne-the

Paysage de la Frise Orientale

Les habitants de la Frise orientale en Allemagne sont les plus grands consommateurs de thé de la planète !
Pour eux, le rituel de la préparation et de la consommation du thé est sacré. La consommation par tête en Frise orientale est de 2500g par an ou 300 litres.  Tous les mélanges de la Frise orientale utilisent Assam Second Flush comme base. Des thés de Sumatra, Java et Ceylan sont ajoutés en petites quantités aux Assams. Les habitants de la Frise orientale boivent leur mélange original avec un morceau de sucre candi et une petite cuillerée de crème par tasse. Une bonne tasse de thé a un goût de malt, elle est forte, épicée et très aromatique. Le thé n’est pas remué dans la tasse, car il est savouré en trois couches : tout d’abord le goût de la crème, puis le goût du thé et finalement la douceur du sucre candi. En Frise orientale, il est de tradition de boire tranquillement plusieurs fois par jour plusieurs tasses de thé.

Les cérémonies du thé

Le thé fait l’objet de nombreuses cérémonies dans le monde entier. On peut citer, entre autres, la cérémonie du Matcha et la cérémonie chinoise du thé au Gong Fu Tcha. Il y a aussi le thé russe au samovar et le thé à la menthe en Afrique du Nord.

gong-fu-cha-the-chine

La cérémonie du Gong Fu Cha

preparation-matcha

La cérémonie du matcha peut durer pendant des heures au Japon…

Pour ma part, je n’oublierai jamais la cérémonie du thé à laquelle j’ai participée à Kyoto, pendant mon voyage de 3 semaines au Japon…

Au Japon, surnommé « L »Empire des Signes » par Roland Barthes, tout est symbolique.

La chambre de thé, le sukiya signifie « la maison de la fantaisie » ou « la maison du vide », ou encore « la maison de l’asymétrique ».

La cérémonie du thé célèbre le culte de l’imparfait, le wabi sabi, on laisse toujours volontairement quelque chose d’inachevé.

Dans la chambre de thé, on éprouve la sensation d’être dans une forêt, loin de la poussière et du bruit de la civilisation.
lu-yu-citation-sur-le-the
La lumière de la chambre de thé est amortie, les hôtes portent des vêtements de couleurs discrètes, la patine du temps est sur tous les objets sauf la longue cuillère de bambou et la serviette de toile qui doivent être neuves et d’une blancheur immaculée.
Tout est d’une propreté absolue.
La peur des redites est toujours présente, si on met une fleur vivante, il n’y aura pas de tableau de fleur, si on utilise une bouilloire ronde, le pot à eau doit être angulaire…

Les thés les + insolites que j’ai goûtés

bukubukucha-okinawa

Le Bukubukucha, un thé de cérémonies, que j’ai goûté au Japon, à Okinawa, quelle incroyable mousse, digne d’un bain moussant

 

the-tibetain-beurre-de-yack

Le thé tibétain au beurre de yack, très salé et surprenant !

Petite anecdote : en Colombie, à Bogota, j’ai demandé « un té con leche »et on m’a servi du thé infusé directement dans du lait ! C’était très bon !

Où boire et acheter du bon thé ?

  • Palais des Thés, Mariage Frères, Les Jardins de Gaia
  • Toraya, l’Empire des Thés, La Maison des trois thés, Le Loir dans la Théière
  • Kusmi Tea propose des thés parfumés, je les trouve agréables mais j’ai une préférence pour les thés naturels

Quelques grands crus de thés

THES VERTS
  • Sencha (Japon)
  • Tamaryokucha Imperial (Japon)
  • Gyokuro (Japon)
  • Long Jing (Chine)
THES BLEUS-VERTS (OOLONG)
  • Dong Ding (Taïwan)
  • Tie Guan Yin Imperial (Chine)
THES BLANCS
  • Yin Zhen, aiguilles d’argent (Chine)
  • Bai Mu Dan (Chine)
TOUS LES PU ERH CHINOIS
 
THES NOIRS
  • Darjeeling (Inde)
  • Yunnan (Chine)
  • Qimen (Chine)

Ma journée en tasses de thé

ma-journee-en-tasses-de-the

Le thé m’accompagne, à chaque heure de la journée et dans toutes mes activités !

Ma 1ère tasse de thé est « sacrée » et ritualisée : c’est toujours mon chéri qui me la prépare et qui me l’apporte sur la table du petit-déjeuner. Généralement je commence ma journée avec un thé noir pour bien me réveiller !

Ma deuxième tasse de thé coïncide avec le début de ma journée de travail, parfois je refais le même thé, parfois je change.

Ma 3ème tasse est une tasse de thé vert ou de Matcha que je laisse infuser et refroidir pendant ma méditation quotidienne.

Ma 4ème tasse est généralement une tasse de Rooibos ou de tisane que je bois après le repas de midi, en travaillant.

Souvent, je me prépare une théière de thé qui m’accompagne dans mon bain, avec un bon livre. C’est un moment de pause et de détente précieux avant d’aller donner mes cours du soir !

Pendant mes cours, je sirote toujours du Yogi Tea, il m’aide à préserver ma voix et me donne un support pour me concentrer et être plus présente pendant que j’enseigne.

Le soir, je termine parfois par une dernière tisane, après le dîner.

Ma sélection personnelle de thés

1 thé de Ceylan, 1 English Breakfast,1 Lapsang Souchong, 1 Earl Grey, un Pu Erh, 1 Genmaicha, 1 Bancha Hojicha, 1 Tamaryokucha, 1 Gyokuro et 1 Matcha.
J’aime aussi le Thai Tea et le Bubble Tea, à l’occasion 🙂
Et voilà, mon article sur le thé prend fin ici !

Avant de partir, en cadeau, je vous offre le guide de préparation du thé que j’ai moi-même rédigé 🙂

Téléchargez gratuitement votre PDF !

A vous de jouer maintenant !

  • Et vous, aimez-vous le thé ? 
  • Quand et comment le buvez-vous ? 
  • Quels sont vos thés préférés ?

A très bientôt pour de nouvelles aventures !

Comments

comments